Starbuck, le film

Pas question de parler encore de gobelotte. Ce Starbuck (sans s) se déguste, lui, à gorge déployée et au cinéma. Avec ce film, les réalisateur et humoriste québécois, Ken Scott et Martin Petit, ont eu l’idée de parler de la paternité sous un angle particulier : celui du géniteur et… plus si affinité.

Starbuck raconte l’histoire de David Wozniak. A 42ans, cet éternel adolescent d’origine polonaise ne réussit rien. Il est insupportable mais a le profil de celui à qui on pardonne tout. Il travaille à la boucherie familiale où il est le pire livreur de viande. Il vit en célibataire endurci dans son condo du Mile-end (quartier cosmopolite de Montréal) et a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles. Il est incapable de se stabiliser dans sa relation amoureuse. Bref, sa vie est navrante… Jusqu’à ce que pire, un jour, sa jeunesse le rattrape. Pour payer ses erreurs et enjoliver le temps d’un voyage la vie rustre de sa famille, il vendait son sperme à une clinique de fertilité sous le pseudonyme de Starbuck. Donc, le jour même où sa blonde lui annonce qu’elle est enceinte, David apprend qu’il est le père biologique de 533 enfants, nés de ses spermatozoïdes d’excellente qualité. 142 d’entre eux intentent une action collective en justice pour connaitre son identité… Va-t-il choisir entre une vie normale avec Valérie ou devenir le père de ses 533 enfants ? 

Ce film, d’une grande tendresse et d’un humour sans faille, relance le débat sur l’anonymat des géniteurs. Pour la petite histoire : le scénario reprend un fait divers qui avait défrayé la chronique aux USA en 2011. Une américaine avait découvert que son enfant par insémination artificielle avait 150 demi-frères et demi-sœurs. Au Canada, comme aux Etats-Unis, les enfants nés ainsi peuvent connaître le « numéro de paternité » du donneur et se réunir en fratries (sur internet par exemple). Il n’y a aucune limite au nombre d’enfants engendrés par un seul donneur, contrairement à la France où le maximum est de 10 naissances. 
Starbuck est aussi le nom du taureau-géniteur devenu légende au Québec. Hanoverhill Starbuck a fait la fortune de ses propriétaires (le Centre d’insémination artificielle du Québec) et a révolutionné le milieu. En 20ans, il a donné « naissance » à 200 000 filles dont 200 fils eux-mêmes excellents reproducteurs rien qu’au Canada… La vente internationale de sa semence a généré 25 millions de dollars de profit et la descendance de sa descendance est également prisée. Le taureau Starbuck, mort en 1998, a été cloné pour donner 2 ans plus tard le veau Starbuck 2. 

Si le film vous a réveillé et si vous vous demandez si vous aussi vous n’êtes pas aussi un enfant de Starbuck, rendez-vous sur le site du film pour faire le test de paternité…

+ d’infos :
Un film de Ken Scott avec Patrick Huard, Julie Le Breton, Antoine Bertrand, Dominic Philie, Marc Bélanger, Igor Ovadis…
Durée : 1H49
En salle en France dans les cinémas Gaumont

Publicités

A propos annepkt

PRÉSENTEMENT est le blog d'une française partie en PVT au Québec en 2011. L'objectif : partager cette expérience puis de retour à Paris, faire le lien entre PARIS et MONTRÉAL, la France et le Québec. Culture, web, reportages, bons plans ou commentaires sur le lifestyle franco-québécois... Contact : annepkt@yahoo.fr // Facebook : PRÉSENTEMENT PARIS-MONTRÉAL
Galerie | Cet article a été publié dans France versus Canada. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s